Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes - Gouvernement du Québec.
Agrandir le texte.Contraste élevé.Contraste inversé.
RechercheRaccourcis.
Facebook.Fils RSS.

Forum de la francophonie de 2004

Québec, les 30 avril, 1er et 2 mai 2004

Le présent texte établit le compte rendu sommaire des résultats des échanges et des interventions sur chacun des thèmes abordés par les participants en plénière et en ateliers au cours du Forum de la francophonie.

Thème 1 – Relations entre le Québec et les communautés francophones et acadiennes du Canada : fondements, évolution et perspectives

Concernant la vitalité de la francophonie :

  • Il y a assimilation au détriment des communautés.
  • La situation est plus ou moins préoccupante selon les régions.
  • Le poids démographique des francophones est en baisse constante.
  • Le français est également menacé au Québec.
  • La relève immigrante et son intégration dans les communautés sont un défi.
  • Il faut promouvoir l’école française.
  • La vitalité des arts et de la culture doit être favorisée.
  • Les protections constitutionnelles sont limitées.

Concernant le leadership du Québec :

  • Il faut créer une identité commune qui rallie tous les francophones du Canada.
  • Il faut établir une solidarité dans les deux directions et favoriser des échanges sur des stratégies d’action.
  • Le Québec doit manifester une ouverture et une présence constantes dans la francophonie canadienne.

Concernant un rapprochement entre le Québec et les communautés :

  • Le défi de contrer l’assimilation unit tous les francophones du Canada.
  • En aidant les régions les plus faibles ou menacées, on renforce l’ensemble.
  • La notion de « peuple fondateur » est rassembleuse.
  • Il faut assurer la contribution des médias canadiens à une meilleure connaissance réciproque.
  • Il faut privilégier un rapprochement par des projets concrets dans tous les secteurs d’activité.
  • Il faut viser les jeunes et favoriser les échanges un peu partout au Canada.

Concernant nos divergences :

  • Le Québec a territorialisé son identité; les communautés aussi.
  • Il faut reconnaître le principe de l’asymétrie en ce qui a trait à l’application des lois linguistiques.

Concernant le constat de méconnaissance et d’incompréhension :

  • Les Québécois connaissent mal les communautés.
  • Depuis 1995, on observe une amélioration chez les jeunes et les intervenants des domaines de la culture et de l’économie.
  • Les Québécois sont de plus en plus intéressés à mener des activités avec les membres des communautés.
  • Il existe toujours une certaine solidarité entre le Québec et les autres composantes de la francophonie canadienne.

Concernant le rôle du Québec auprès des gouvernements :

  • Le Québec doit persuader les autres gouvernements de l’atout que représente la francophonie et les inciter à agir en conséquence.
  • Il doit aussi s’efforcer d’associer les autres paliers de gouvernement : les municipalités, ainsi que les réseaux : les conseils scolaires, etc.

Haut de la page

Thème 2 – Politique du Québec à l’égard des communautés francophones et acadiennes du Canada

Concernant les objectifs de la Politique :

  • Elle doit favoriser :
    • la promotion des communautés au Québec et une meilleure connaissance de part et d’autre;
    • les liens entre organismes de la société civile;
    • la formation de partenariats;
    • la participation des ministères et organismes du gouvernement du Québec;
    • la collaboration avec les autres gouvernements.
  • La Politique doit d’abord cibler la francophonie canadienne.

Concernant les domaines privilégiés d’intervention :

  • L’ajout de secteurs sans augmentation budgétaire pourrait avoir pour effet de réduire l’aide accordée à ceux existants.
  • Cibler plus précisément les secteurs de la justice, de la petite enfance, de l’immigration et du sport et viser explicitement la clientèle des jeunes.

Concernant les moyens de collaboration et d’échanges :

  • L’appui financier du Québec devrait avoir un effet de levier.
  • On doit maintenir le volet création de partenariats de société civile à société civile.
  • Il faut développer une approche triangulaire associant le gouvernement du Québec, les gouvernements provinciaux et territoriaux et les communautés (société civile) autour de projets d’envergure.

Concernant la concertation avec les communautés :

  • Il faut examiner la possibilité de regrouper les trois territoires nordiques (Nunavut, TNO et Yukon) dans une région administrative propre.
  • Un conseil permanent sur la francophonie canadienne pourrait être créé.

Concernant l’évaluation des projets des communautés :

  • Il est souhaité que la formule des forums sectoriels soit maintenue et que soit envisagée la tenue annuelle d’un forum de concertation.
  • On souhaite aussi que soient pris en considération les plans de développement global des communautés.

Concernant les programmes de soutien à la francophonie :

  • Il faut envisager deux dates d’inscription des projets plutôt qu’une.
  • Il faudrait revoir la limite de trois ans pendant laquelle un projet peut recevoir une aide.
  • On doit s’assurer que les projets d’une province ou d’un territoire donné sont évalués par des représentants des diverses communautés.
  • Il faut appuyer des projets structurants et des projets de moindre envergure.
  • Il faut associer les communautés aux échanges avec les autres gouvernements.

Haut de la page

Thème 3 – Centre de la francophonie dans les Amériques

Sur les objectifs et les mandats :

  • Le centre doit regrouper les forces vives de la francophonie canadienne.
  • Il doit favoriser les échanges et la concertation entre francophones.
  • Il pourrait servir à élaborer et à mettre en œuvre une vision commune de la francophonie canadienne.
  • Un des mandats du Centre serait de promouvoir la cause de la francophonie à l’échelle continentale.
  • Il appuierait la mise en œuvre de la Politique.

Concernant le rayonnement des activités du Centre :

  • Il serait situé au Québec (Montréal ou Québec).
  • Il aurait pignon sur rue et sur le Web.
  • Il serait accessible au grand public.
  • Il faudrait y associer des organismes satellites et leurs infrastructures à la réalisation de certaines activités.

Concernant la nature des activités du Centre :

  • Il devra rayonner dans l’ensemble des Amériques et relever plusieurs défis :
    • lieu de concertation entre le Québec et les communautés et de promotion du fait français;
    • vitrine culturelle;
    • réflexion et recherche;
    • centre d’interprétation et de référence;
    • échanges et jumelages;
    • un événement culturel itinérant d’envergure.
  • Privilégier certains secteurs d’activité :
    • culture;
    • tourisme;
    • éducation et petite enfance;
    • justice;
    • économie;
    • sports;
    • gastronomie.

Concernant la gouvernance :

  • Le statut du Centre reste à définir.
  • Le conseil d’administration serait composé de représentants du Québec et des communautés.
  • Une place pourrait être réservée aux francophones des Amériques.
  • Le gouvernement du Québec, des entreprises privées, des organismes des communautés, des fondations et, éventuellement, des gouvernements provinciaux pourraient en assurer le financement.

Haut de la page